les actualités 2006 - Pescadore

Aller au contenu

Menu principal :

les actualités 2006

actualités
 

23 septembre 2006

Après un carénage de 15 jours, le Pescadore, tout juste repeint, est reparti au chalut en attendant l'ouverture de la campagne à la praire et à la St Jacques. En effet, l'activité au chalut est très "consommatrice" de gazole et l'équipage préfère réduire les frais de carburant en privilégiant des techniques de pêche moins gourmandes. Le Pescadore livre sa pêche de la nuit (soles, raies, rougets barbets, plies et turbots entre autres) à la criée de Chebourg.

3 août 2006

Depuis le 31 juillet, l'équipage du Pescadore a totalement changé d'activité : en effet le Pescadore a abandonné la pêche au chalut du fait de mauvaises prises.
C'est à la pêche aux Venus, appelées aussi "blanchets", que le Pescadore occupe ses marées. Ce petit bivalve n'est pas très connu : il ressemble à une praire "lisse", et a le goût d'une coque. Ce petit coquillage très charnu est délicieux, et mérite de se faire connaître.
Le Pescadore livre sa pêche à une coopérative qui se charge de le conditionner avant de l'exporter, au Pays-Bas notamment.

3 mai 2006

Comme chaque année à cette période, le Pescadore recentre son activité sur la pêche au chalut.
Suite à l'autorisation donnée par le Comité Régional des Pêches et par les Affaires Maritimes, le Pescadore peut chaluter la seiche dont la saison est ouverte depuis la fin du mois d'avril. Ce céphalopode vit dans les fonds sablonneux. La seiche est très appéciée par les gourmands et les gourmets.

18 mars 2006

Depuis le 3 mars, l'équipage du Pescadore pratique deux pêches au cours de la même semaine. En effet, les jours d'ouverture de la pêche à la praire ont été réduits à 3 jours. Les 2 autres jours sont donc consacrés au chalut pour pêcher différentes espèces de poissons.

4 février 2006

Depuis le 1er janvier 2006, le quota de praires a été réduit et les jours de pêche ramenés à trois jours au lieu de quatre. Ces mesures visent à protéger la ressource mais aussi à "alléger" l'offre sur le marché. Ainsi l'équipage du Pescadore pêchait trois jours la praire et les deux autres jours, il partait à la pêche à la coquille Saint-Jacques. Cependant, en raison de l'effondrement des cours, le Pescadore a arrêté la praire depuis le 1er février. Il ne pêche plus que la coquille St-Jacques dont le prix de retrait est au environ de 1,70 euro.

 
 
 
 
 
Retourner au contenu | Retourner au menu